Y a-t-il une différence entre fuite urinaire et incontinence ?

Est-ce que vous avez forcément une incontinence, s’il vous arrive d’avoir des fuites urinaires ? Faisons le point sur la définition de la fuite urinaire, de l’incontinence, et voyons s’il y a une différence.

19/11/2021

Différence entre fuite urinaire et incontinence

Quelle est la définition de fuite urinaire ?

La fuite urinaire est forcément involontaire.

La définition de la continence urinaire est le fait de se retenir d’uriner, ce qui dépend de fonctions majoritairement involontaires, comme le fait de respirer. En effet, l’appareil urinaire humain est en partie situé dans le plancher pelvien, zone complexe aux nombreux muscles et liée au système nerveux autonome ou « neurovégétatif ».

Vous pouvez avoir de petites fuites urinaires sans autre symptôme et un médecin vous diagnostique quand même une incontinence. Mais vous menez une vie normale grâce à de bonnes protections anti-fuites urinaires et elles diminuent avec le bon traitement.

Nos protections contre les fuites urinaires

Incontinence urinaire : quelle définition ?

Il y a plusieurs définitions de l’incontinence urinaire et non une seule.

Il est normal de s’alarmer quand les fuites urinaires s’accompagnent d’autres symptômes, par exemple dans le cas de :

  • la vessie hyperactive : elle peut entraîner des spasmes, parfois des brûlures.
  • l’incontinence urinaire par regorgement, qui touche surtout les hommes : malgré des envies d’uriner fréquentes, il est difficile d’uriner. Elle peut être causée par une hypertrophie de la prostate et entraîner des infections ou d’autres conséquences graves (mais diagnostiquée tôt, elle se traite bien).

Cependant, les causes de l’incontinence urinaire sont multiples et consulter un médecin est recommandé, même en cas de « simple petite fuite urinaire ». Le principal traitement, généralement efficace, est la rééducation du périnée, comme avec les exercices de Kegel.

Comment distinguer fuite urinaire et incontinence ?

Peut-on parler de fuite urinaire au lieu d’incontinence :

  • s’il n’y a pas de douleurs à la miction ? Non : des types d’incontinence, y compris sévères, ne sont pas du tout douloureuses.
  • si le volume de perte urinaire est faible ? Non : l’incontinence urinaire à l’effort est une forme d’incontinence qui, selon la définition médicale, se produit lors d’un effort physique ; elle provoque fréquemment de faibles fuites urinaires.
  • si l’on n’a pas envie d’uriner souvent ? Non : plusieurs types d’incontinence se manifestent sans ressentir aucun besoin d’uriner.

Est-ce qu’on a de l’incontinence quand on a des troubles de la miction et plutôt des fuites urinaires lorsque l’on n’est concerné par aucun trouble ? Non, l’incontinence urinaire ne s’accompagne pas systématiquement de problème de rétention, regorgement, etc.

Découvrez nos produits contre l'incontinence urinaire

Alors quelle différence entre incontinence et fuite urinaire ?

Si on veut faire une distinction, c’est au niveau de l’impact de la perte urinaire sur la qualité de vie. C’est un critère important pris en compte dans le diagnostic des médecins.

Pour la médecine, la fuite urinaire est un symptôme de l’incontinence (qui n’est pas une maladie).

Seulement ce symptôme prend de multiples formes, notamment en termes de :

  • volume des pertes,
  • fréquence de miction,
  • troubles possiblement associés (pollakiurie, dysurie, polyurie, nycturie…).

L’incontinence peut être légère, modérée ou sévère.

Et elle peut :

  • gâcher la vie et nécessiter un médicament ou une opération,
  • être relativement facile à gérer au quotidien et maîtrisée avec des séances de kiné.

De nombreuses personnes, surtout des femmes, ont des fuites urinaires sans autre problème, en raison d’un périnée affaibli. Ce manque de tonicité peut survenir temporairement après des accouchements, à la ménopause ou chez des femmes plus jeunes.

C’est souvent une incontinence d’effort, mais il ne faut pas la banaliser. Elle peut être mal vécue, empirer ou résister aux traitements.

Elément graphique

Partager